Portrait d’Angélique Baert, comptable au CPAS de Mouscron

Générique de Compass TV & CRF (Conseil Régional de la Formation)

Le CRF présente : Egalité des chances AWIPH Portrait Angélique Baert CPAS Mouscron

On voit un ciel bleu, sur lequel se découpent les branches d’un arbre sur la gauche de l’image.
On voit plusieurs bâtiments. Sur la gauche, il y a des voitures garées sur un parking. Une dame avance. Elle porte un manteau. Sur la droite de l’image, un panneau indique la direction du CPAS.

La dame se rapproche. Elle porte des lunettes noires. Elle se présente :

« Je m’appelle Baert Angélique, je travaille pour le CPAS de Mouscron, au service comptabilité. Je suis malvoyante depuis ma naissance. »

(Elle pénètre dans le bâtiment du CPAS, sur la gauche.)

(Nous sommes à présent  dans le bureau de Gauthier Mestdag, Directeur général du C.P.A.S. de Mouscron. Il est assis à son bureau. Une plante verte est placée derrière lui 🙂

« Angélique est venue au CPAS par l’intermédiaire d’un job coach qui nous l’a présentée, avec ses compétences, à savoir un graduat en comptabilité. Ce que la CPAS cherchait, c’était un employé d’administration capable de travailler dans le domaine de la comptabilité, et Angélique avait ces compétences-là,  par son diplôme. Donc le contrat de travail a donc pu être conclu facilement. »

(Vue sur les couloirs du CPAS. C’est un bâtiment très moderne. On voit arriver Angélique par la gauche. Elle sourit. Elle ne porte plus ses lunettes noires. Elle s’arrête devant une porte, glisse son badge dans la serrure et accède à un nouveau couloir. Angélique arrive à une porte, à gauche, et pose la main sur la clenche de porte pour l’ouvir.
Elle se tourne vers nous et nous invite 🙂

« Maintenant, je vais vous présenter mon bureau. Allons-y pour la visite! Voilà, mon bureau se trouve ici. »

(Nous découvrons son bureau. Il y a un porte-manteau à droite de la porte. Nous voyons l’écran d’ordinateur d’Angélique. Il est posé sur un support en bois, pour le surélever. En fond d’écran, il y a une photo d’une baleine qui plonge. Angélique est maintenant devant son ordinateur, la main droite posée sur la souris d’ordinateur 🙂

« Donc voilà, ici c’est mon ordinateur, il est pour le moment en poste normal, comme si vous travailliez avec, et là  je vais enclencher mon ZoomText. C’est un programme spécial conçu pour agrandir autant de fois qu’on veut le texte et les programmes pour savoir travailler dessus. »

(Elle ouvre le programme sur son ordinateur, puis montre comment ça fonctionne. Le texte sur l’écran s’agrandit 4X. Elle clique encore et montre qu’on peut zoomer encore 🙂

« Moi généralement je fais en 3 fois mais on peut faire jusqu’à 20 fois. »

(Nous voyons maintenant son clavier d’ordinateur. Sur son bureau, on voit un téléphone, à gauche au-dessus du clavier. Une pile de feuilles sont soigneusement rangées sous le support en bois de l’écran. Sur le clavier, entre les touches de chiffres et les touches « fonctions » sont posés un stylo bille et un crayon.
Angélique décrit son clavier 🙂

« Ici j’ai un clavier spécialement adapté pour les personnes malvoyantes, tous les chiffres et les lettres sont en plus grand. On pouvait choisir la couleur des lettres et du clavier, il y a plusieurs modèles différents. »

Le champ s’élargit et on découvre, à gauche du téléphone, un écran qui ressemble à un écran d’ordinateur. L’écran est noir. Au pied de l’écran se trouve une sorte de plateau noir. Tout en l’allumant, Angélique explique :

« Ici vous avez une tv-loupe qui permet d’agrandi les documents papier. »

(Angélique prend un document et le pose sur le plateau située sous l’écran. Le document, écrit noir sur blanc, se projette en plus grand sur l’écran de la tv-loupe, en caractères rouges sur fond noir. Elle montre comment ça fonctionne et explique :

« Donc voici une facture et donc on peut faire bouger le plateau pour voir toutes les informations. On peut aussi agrandir. »

(Un nouveau personnage apparaît. Il s’agit de Philippe VREUX, Agent en insertion professionnelle. Il se tient debout devant des armoires de bureau métalliques. Au-dessus des armoires sont alignés des classeurs à virements et des caisses en carton. Sa barbe et ses cheveux sont grisonnants. Il porte une veste rouge.
Il explique 🙂

« Dans la situation particulière d’Angélique, je suis intervenu en partenariat avec les différents services pour étudier les aides techniques qui étaient nécessaires. Il est évident qu’Angélique ne pouvait se satisfaire d’un matériel ordinaire et l’AWIPH a joué son rôle et financé le coût supplémentaire représenté par l’adaptation du matériel. »

(Entretemps, Philippe a rejoint Angélique à son bureau. Angélique lui sourit, ils se serrent la main et discutent.

On voit maintenant Angélique travailler. Elle forme un numéro de téléphone et attend qu’on décroche. Elle dit en souriant 🙂

« Oui… bonjour Didier! Est-ce que tu pourrais me donner des renseignements concernant la facture du Colruyt du 7 mai 2013 s’il-te-plaît? »

(Elle explique 🙂

« Le travail, c’est d’abord l’aspect financier, forcément, mais de plus un épanouissement personnel de voir qu’on peut subvenir à nos besoins personnels normalement, comme tout le monde. Et puis un lien social avec les autres personnes, avec les collègues: avoir une « vie normale » ».
(Elle accompagne ces deux derniers mots par un geste formant des guillemets.

(Elle ouvre un gros classeur A4, dans lequel elle semble rechercher une information.)

(Nous nous trouvons à nouveau dans le bureau du directeur général du CPAS, Gauthier Mestdag, qui commente 🙂

« Pour un collègue ou un autre CPAS par exemple ou une autre entreprise publique qui aurait peur ou quelques réticences à engager quelqu’un qui a un handicap, des contraintes physiques, j’aurais envie de lui dire qu’il n’y a pas de peurs à avoir, dans la mesure où tout se passe très bien avec les aides et les personnes qui gravitent autour de l’employeur du travailleur. »

(Retour dans le bureau d’Angélique. Elle est assise à son bureau. On la voit, au téléphone. On revoit autour d’elle son matériel de travail, son écran d’ordinateur, sa tv-loupe. Elle sourit puis clôture sa conversation téléphonique 🙂

« Merci hein, au revoir! ».

L’image disparaît, et on entend la musique du générique, avec la mention « Une production réalisée par le Conseil régional de la Formation CRF ».